Intervenant 2016

Virginie RaissonChercheuse en géopolitique prospective

État du monde, Prospective 2038

À la tête du Lépac, laboratoire indépendant de recherche appliquée en géopolitique et prospective basé en France, Virginie Raisson pense aussi bien en tendances de fond qu’en microchangements. Son dernier ouvrage, 2038, Atlas des futures du monde, mène la réflexion un pas plus loin que ses travaux antérieurs ayant pour référence l’année 2033. Avec un fort ancrage géographique basé sur une cartographie intelligente des données, cet atlas porte le regard sur le monde dans 20 ans. Il mesure l’impact de nos modes de vie sur l’évolution à venir et fournit une vision des défis que représente cette transition avec, comme thèmes de discussion, le consumérisme, la classe moyenne, l’énergie, les biotechnologies, l’économie participative….

Conférence en vidéo

« Au rythme actuel de l’assèchement des ressources naturelles, nous devrons bientôt vivre sans eau, sans viande, sans… travail. Nous n’avons plus le temps d’attendre. »

Compte rendu : État du monde, Prospective 2038

Face à un futur imprévisible et avec les ressources vitales de la planète en train de se raréfier, il est temps d’agir. Pour la chercheuse en géopolitique prospective Virginie Raisson, une des solutions devra passer par l’économie participative. « La prospective consiste à repérer des indicateurs révélateurs d’une tendance nous permettant d’élaborer des scénarios. » Telle est la définition que donnait Virginie Raisson, lors du 8e Forum de la Haute Horlogerie tenu à Lausanne, de son activité de chercheuse. Une approche qui consiste à se demander si l’on n’a pas été aveugle à tel ou tel phénomène, à telle ou…

Face à un futur imprévisible et avec les ressources vitales de la planète en train de se raréfier, il est temps d’agir. Pour la chercheuse en géopolitique prospective Virginie Raisson, une des solutions devra passer par l’économie participative.

« La prospective consiste à repérer des indicateurs révélateurs d’une tendance nous permettant d’élaborer des scénarios. » Telle est la définition que donnait Virginie Raisson, lors du 8e Forum de la Haute Horlogerie tenu à Lausanne, de son activité de chercheuse. Une approche qui consiste à se demander si l’on n’a pas été aveugle à tel ou tel phénomène, à telle ou telle concordance de faits. Or, pour Virginie Raisson, l’évolution de l’économie mondiale nous conduit aujourd’hui à analyser ce qui est en train de se produire en termes de rareté. Rareté de l’eau en premier lieu, qui ne concerne pas uniquement le Proche et le Moyen-Orient vu que les problèmes d’accessibilité et de distribution de l’eau se retrouvent sur les cinq continents. Et ce n’est là qu’une des données de l’équation. En effet, 70 % des ressources sont actuellement utilisées par l’agriculture et l’élevage, en sachant que les animaux ne restituent qu’un septième de l’eau sous forme de viande, le reste étant perdu. Et l’élevage devient un véritable enjeu planétaire avec une consommation de viande qui prend l’ascenseur.

« La bonne nouvelle, c’est que l’on pourrait réagir tout de suite. Si nous consommions demain la même quantité de viande que les Japonais, nous en aurions assez pour satisfaire 8 milliards de personnes, soit davantage que la population mondiale. Un vœu pieux ? Force est de constater que, avec le recul de la pauvreté, qui est passée de 37 % des habitants de la planète en 1990 à 11 % aujourd’hui, une autre bonne nouvelle, la consommation de viande, entre autres, ne cesse d’augmenter partout. En effet, si les dépenses de consommation de la classe moyenne mondiale étaient concentrées aux États-Unis et en Europe à raison de 90 % à la fin des Trente Glorieuses, cette proportion a depuis chuté à 50 % et chutera probablement à 20 % en 2030. » Comme on le voit, la médaille a ses deux revers. Idem en ce qui concerne le sable, la ressource la plus consommée après l’air et l’eau, indispensable pour le ciment servant aux constructions. A priori, on aurait tendance à dire qu’il s’agit là d’une tendance positive consistant à offrir un toit au plus grand nombre. Au rythme où va l’urbanisation, cela pose toutefois problème. À l’heure actuelle, il se construit annuellement l’équivalent d’une muraille de 27 mètres de haut autour du globe. Si le bétonnage se poursuit à cette cadence, 90 % des plages du monde entier auront disparu à la fin du siècle, sans parler des écosystèmes.

Quelque chose de nouveau

Eau, sable mais aussi cacao, du fait que la Saint-Valentin est devenue populaire en Chine, ou encore de nombreuses espèces de poisson à cause de la pêche intensive, voire le travail menacé par les imprimantes 3D et les algorithmes. « Toutes ces transitions, nous les vivons maintenant, poursuivait Virginie Raisson. Et qu’avons-nous comme certitudes auxquelles se rattacher ? Celle que notre futur ne se déroulera pas comme prévu et qu’il va découler des choix que nous faisons maintenant. Des choix indispensables si l’on songe que, bientôt, nous devrons vivre sans eau, sans sable, sans chocolat, sans travail… Pour ce qui est du chocolat, il ne s’agit pas d’une question vitale, même en Suisse, mais qu’en est-il des autres ressources ? Dans ce contexte, la profession de foi consistant à s’en remettre à la technologie est un leurre. La technologie ne peut pas tout et, surtout, nous n’avons plus le temps d’attendre. »

Quelles solutions s’offrent à nous ? Pour Virginie Raisson, l’économie collaborative permettant de faire mieux avec moins est une des pistes à explorer. « Aujourd’hui, elle ne représente qu’une fraction face à l’économie traditionnelle, concluait-elle. Mais d’ici 2025, elle pourrait très bien faire jeu égal. À mon avis, nous n’avons tout simplement pas le choix. Il nous faut explorer de nouvelles pistes et avoir confiance. Il suffit de voir le succès remporté par un film comme Demain, un succès totalement inattendu, pour comprendre que quelque chose est en marche. Cela me rappelle une maxime du grand-père de mes enfants à laquelle je pense souvent : la seule chose promise à l’échec est celle que l’on n’a pas tentée. Alors, oui, osons ! »

Interview en vidéo

Cliquez sur la vidéo pour visionner l’interview de l’intervenant dans le cadre du Forum.

Les Intervenants

Découvrez les experts et personnalités attendues au Forum.